« Je suis graphothérapeute ! »

Aix-en-Provence

propos recueillis par Guillaume Aledo sur le Vieux-Port

graphotérapeute marseille aix-en-provenceSylvie Degiovanni est graphothérapeute depuis près de 15 ans. Basée à Aix-En-Provence depuis ses débuts, elle s’occupe d’enfants et d’adultes en proie aux troubles de l’écriture. Une profession qui reste méconnue du grand public.

En quoi consiste le métier de graphothérapeute ?

Le métier de graphothérapeute sert à s’occuper des enfants en difficulté avec l’écriture, dans sa rapidité ou sa lisibilité. Mais j’aide aussi les adultes et les personnes âgées, qui ont perdu la capacité d’écrire à cause d’un accident ou d’une maladie, comme Parkinson ou Alzheimer. Après, ça peut aussi aider les étudiants victimes de forte anxiété et qui n’arrive plus à écrire en période d’examens. Le but de mon métier, c’est d’inculquer le geste aux enfants qui ne l’ont pas, et le réapprendre à ceux qui l’ont perdu.

Comment devient-on graphothérapeute ?

J’ai suivi une formation en graphologie, puis une spécialisation en rééducation de l’écriture. Le diplôme de graphologue s’obtient en 3 ans, la spécialisation en 2 ans. J’ai aussi obtenu un diplôme universitaire à la faculté de médecine de Marseille sur les troubles de l’enfant et de l’adolescent. Je m’occupe des enfants Dys EIP et TDAH. Pour les adultes, j’ai appris au travers de plusieurs formations. Mais c’est l’expérience qui m’a le plus apporté. Cela fait quand même 15 ans que j’exerce ce métier et j’ai pu rencontrer de nombreux patients aux profils très différents qui m’ont chacun appris.

Comment fonctionne le métier de graphothérapeute ?

Déjà, j’accueille les enfants à partir de l’âge de 4 ans. C’est un âge ou l’on peut commencer à détecter les problèmes par rapport aux dessins et aux graphismes. Même dans la façon qu’ils ont de tenir leur crayon, on peut remarquer un début de trouble. Les parents ou les enseignants me contactent, et j’établis un premier bilan pour vérifier la teneur du problème. Et si problème il y a, c’est un rendez-vous hebdomadaire de 30 à 35 minutes. L’important c’est la régularité des séances et le suivi à l’école.

Et vous faites des exercices, des jeux avec eux pour les aider ?

On travaille la pré-écriture, les boucles, les ponts… Tous les détails techniques qui préparent à l’écriture. On reprend les bases, en quelque sorte. On fait ces exercices sur un tableau à craie, ou sur un tableau en sable. Leur apprendre à écrire sur ces tableaux permet de travailler la mobilité. Après, il y a aussi les exercices de repérage dans l’espace. Pour ceux qui écrivent en biais, n’arrivent pas à suivre les lignes sur une feuille. Je propose le même genre d’exercice avec les adultes, mais en un peu plus compliqué.

Graphothérapeute est une profession méconnue, il y a beaucoup de pratiquants dans la région ?

Dans le Var, et plus précisément dans le Haut-Var, il n’y a pas beaucoup de praticiens pour couvrir le territoire. Je tiens mon cabinet sur Aix, mais je fais une journée par semaine dans le centre médical de Saint-Maximin. Nous avons créé dans la région à Aix, une association et organisme de formation « Graphydis » afin d’informer et de former à la graphothérapie.

Votre métier connait-il des difficultés particulières ?

graphothérapeute marseille aix-en-provence

La graphothérapie vient aussi en aide aux enfants DYS

Le principal frein à notre profession, c’est que nous ne sommes pas reconnus par la sécurité sociale. Cela oblige les familles qui viennent nous voir à envisager un certain budget. Selon les troubles que l’enfant subit, ça peut aller de quelques séances à un suivi hebdomadaire sur une longue période, même plusieurs années. Et c’est encore plus compliqué quand il y a plusieurs enfants d’une même famille atteint de troubles. Par rapport à mes débuts, j’ai de plus en plus de familles qui ne peuvent pas venir par manque de moyens. La crise se ressent, même dans nos professions.

Une chose est sûre, l’apport technique apporté par Sylvie permet de retrouver confiance, de se réconcilier avec l’écriture tout simplement …. Il faut en moyenne une dizaine de séances pour obtenir un résultat durable.

Contact : 06 67 44 44 66
sylviedegiovanni@gmail.com
Site : www.graphotherapie-aix.com
Tarif : séance 35 euros et bilan 120 euros

Menbre Association Graphidys

Laisser un commentaire