Le Panier, âme et arme de Marseille

cliquer sur le lien pour voir la vidéo réalisée en 1993, ambiance assurée 🙂

http://www.ina.fr/video/CPC93009964
Véritable village en plein coeur de Marseille, le Panier est le plus vieux quartier de la ville. Le plus légendaire aussi. La plupart des marseillais n’y ont d’ailleurs jamais mis les pieds, effrayés par sa mauvaise réputation. En effet, ce quartier populaire où marins, dockers et petits commerçants immigrés d’Italie se cotoyaient, fut aussi jusque dans les années 70, le fief des plus grands truands locaux. Ce reportage retrace l’histoire du Panier et les habitants d’aujourd’hui se souviennent de l’atmosphère de solidarité et de convivialité qui régnait entre voisins, dans ce décor digne des films de Pagnol. – Dans les rues, Gisèle, marchande d’escargots, née en Italie vend ses gastéropodes cuisinés selon une recette connue d’elle seule. – Dans un bar, Rosy qui a chanté à l’Alcazar y a connu les plus grands (Lucienne Boyer). Elle montre une photo prise quand elle avait 35 ans. Au Panier, les hommes jouent aux cartes, une femme apporte les boissons. Ils racontent leurs souvenirs. Les enfants s’amusent tandis que les femmes assises sur des chaises en haut de la rue discutent ou tricotent. – De ce quartier, on aperçoit le vieux port et ses bateaux. – Mais pendant l’Occupation, le Panier a été évacué, 10 000 personnes arrêtées, les maisons étaient promises à la destruction. – Aujourd’hui, le soleil se couche sur les toitures des ruelles qui ont été épargnées et où l’on voit le linge sécher aux fenêtres. – Une vieille femme installée depuis 60 ans dans le quartier se souvient : on donnait pour la famille du truand qui venait d’être arrêté. – Nikita, ancien truand (du gang des blouses grises), un des derniers survivants, a fait 25 ans de prison. Il explique pourquoi il volait. – A la terrasse d’un café, les buveurs se rappellent des manières polies et correctes des voyous, avec les personnes âgées en particulier. Ils ne se faisaient du mal qu’entre eux. Un ou deux crimes pour règlement de comptes ont suffi pour forger la mauvaise réputation du quartier. – Et même si le reportage nous montre encore des marseillais attablés dans une cave pour une partie de « passe anglaise », ceux-ci ne jouent plus l’argent comme autrefois, chacun reprenant sa mise à la fin de la partie; et si l’on voit pour finir, un truand courir, poursuivi par la police, ce n’est plus que pour les besoins d’un film.
SONY DSC

  • Production
  • producteur ou co-producteur
    France 3

http://www.ina.fr/video/CPC93009964

 

0 thoughts on “Le Panier, âme et arme de Marseille

Laisser un commentaire