L’école Perel, un an après

Bouc-Bel-Air –

par Guillaume Aledo

Ecole perel bouc bel airNous étions sur place l’an dernier, alors qu’elle allait ouvrir ses portes à ses premiers élèves. Un an après, je suis allé à l’école Perel (Pour une Education Respectueux, Eco-Responsable et Ludique), à Bouc-Bel-Air, rencontrer sa directrice Heureuse. Une première année synonyme de succès pour la petite école privée, qui compte s’agrandir dans un proche avenir.

« Par rapport à mes ambitions de l’année dernière, j’ai rempli mon contrat. J’ai pu faire tout ce que je voulais » se réjouit Elodie Garcia, la directrice. Sa toute jeune école compte désormais une classe de maternelle, et une classe d’élémentaire pour un total de 30 élèves. «Pour nous, l’important, c’est que tous les enfants apprennent et comprennent à leur rythme » explique Elodie.

Du Montessori ?

« En maternelle c’est 100% Montessori. C’est à dire que les enseignantes ont reçu la formation. Que toute la classe est « normée » (dans le jargon Montessori). C’est une pédagogie qui permet à l’enfant de choisir sa vitesse d’apprentissage en suivant ses envies. Nous respectons les enfants en tant qu’individu : pas de punitions, pas de mise à l’écart…. on explique à l’enfant pourquoi il a fait une bêtise et il doit seulement la réparer. Nous sommes à l’écoute des élèves et tout est conditionné pour éveiller la curiosité de l’enfant et donc assouvir son envie de comprendre.

En élémentaire, c’est différent. La classe ressemble plus à une classe « classique » : chaque élève a sa place et travaille sur son bureau avec des manuels validés par l’Education nationale. Mais nous utilisons toujours les outils Montessori (mais pas seulement) pour présenter et aborder les leçons. Nous avons aussi gardé les grands préceptes : pas de punitions, pas de contrôles, pas de classement, pas de « bon point » ou autre subterfuge pour maintenir l’ordre. Les enfants ont le droit de se lever pour aller aux toilettes pendant la classe… bref, nous avons ôté par rapport à l’école classique ce qui nous semblait contre-productif et trop différent de la pédagogie Montessori. Mais inversement, nous avons gardé de l’Education nationale ce qui nous paraissait bien afin de permettre une adaptation parfaite à un enfant quittant notre établissement.

En maternelle, les petits « speak english ». Une institutrice française est accompagnée par une institutrice canadienne qui ne parle qu’en anglais. «Les petits peuvent choisir ce qu’ils apprennent aujourd’hui. S’ils veulent lire un livre, ils peuvent. S’ils veulent apprendre la géographie ou les maths, ils peuvent. On n’impose pas, on les accompagne».

Ce qui attire aussi les familles, c’est le côté convivial et écolo de l’école. «Il y a de l’affection entre nous, les élèves savent qu’ils peuvent me parler quand ils en ont besoin. C’est génial, j’ai beau être la directrice, ils m’adorent 🙂 » plaisante Elodie. Les parents sont aussi très présents. «Quand ils viennent chercher leur enfant, ils restent pour prendre un café ou parler avec d’autres parents. Certains viennent aussi présenter leur métier ou organiser des activités de l’après-midi.  »

Pour le côté vert…

« Je suis écolo, et c’est très important que tout soit bio dans l’école ». Les repas sont préparés le matin même par un traiteur local. Les sorties de l’après-midi sont aussi tournées vers le bio. «Cet après-midi, on emmène tous les enfants découvrir une station d’épuration biologique». Une volonté qui plait aux parents et aux enfants.

De nouvelles classes à la Rentrée 2017

« J’ai encore 20 enfants sur liste d’attente, ça fait plus d’une classe de maternelle. C’est pour ça que je vais ouvrir une nouvelle classe et certainement deux autres en élémentaire, l’année prochaine. Je pense aussi au collège, pour récupérer mes futurs élémentaires». Une expansion qui passe par l’installation dans un tout nouveau local. «On ne prend qu’une aile du bâtiment, mais c’est déjà très grand. Il reste deux ans de bail à finir dans l’ancien bâtiment, mais on déplace l’école petit à petit vers ce nouveau local».

Un réfectoire, plusieurs classes, l’accueil, un sous-sol transformé en salle de sport : tout est déjà là pour devenir la future école Perel. Un bâtiment entouré de champs, derrière lequel on trouve un élevage de faisans et d’autruches, et qui a immédiatement séduit les parents. «Je leur ai montré cette semaine, ils étaient tous sous le charme. Ils sont conquis par le cadre».

En un an, l’école Perel est devenu ce que sa créatrice en a toujours rêvé : une école alternative, éducative, familiale. «Cette école, c’est mon idéal d’éducation, et je le fais beaucoup pour mes filles. Elles sont scolarisées ici, et c’est l’école que je voulais pour elle».

Site complet sur l’école et l’équipe pédagogique : lien

Adresse : Ecole Perel – 56 avenue de la Babiole à Bouc Bel Air.

Contact :

06 62 53 35 06 – ecole.perel@gmail.com

Laisser un commentaire